Imprimer

 

Le Ferrier côté nature

                                         

Site industriel il y a 2000 ans, témoin d'une sanglante bataille au Moyen Âge, réserve de chasse du châtelain, vaste chantier au XXe siècle, le Ferrier est maintenant retourné à Dame Nature qui, malgré le sol ingrat, reprend ses droits avec vigueur.

 

 

L'association a choisi d'attirer l'attention sur cet aspect particulier du lieu.

 

Ces promenades permettent, avec l'aide d'un expert, de découvrir la flore.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 La sortie botanique a eu lieu le samedi 15 juin 2019

sur le thème


"Regard tropical sur une forêt poyaudine", avec Albert Kahenga botaniste et écologue

 

Albert a comparé les caractéristiques de la forêt du Ferrier et d'une forêt tropicale : les différents étages de végétation, la forme des arbres et leur adaptation au milieu, la faune -petite et grande- s'y abritant.

 

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 Archives

 

Notre sortie botanique a eu lieu samedi 26 mai 2018

avec Catherine Barrey et Gaëlle Massé de la station de recherche des Metz à Saint-Sauveur

sur le thème "plantes, forêt et lumière".

 

En cheminant dans les sentiers du Ferrier, Catherine et Gaëlle nous ont fait partager leur passion pour la forêt.

 

Petit rappel 

 

L'arbre est constitué d'un tronc ou fût, d'un houppier, branchages du sommet comportant les feuilles et d'un système racinaire aussi développé sous terre que le houppier l'est en l'air.

 

Sève brute

 

Un arbre adulte a besoin de 200 à 300 litres d'eau quotidiennement. Les arbres sont secondés dans leur recherche d'eau et d'éléments nutritifs par les champignons dont les filaments constituent un vaste réseau souterrain pouvant couvrir plusieurs kilomètres : la sève brute constituée grâce à cette collaboration monte jusqu'aux feuilles.

 

Communication

 

Le réseau racinaire et les fibres des champignons annexes servent aussi aux arbres à échanger des informations en particulier en cas de maladie permettant la mise en place de défenses.

 

Respiration

 

 

Au cours de notre promenade, nous pouvons constater comment les arbres mettent en place

 

des stratégies pour recevoir le plus de lumière possible.

 

Les arbres ne mêlent pas leurs houppiers.

 

Ils poussent penchés, tordus parfois.

 

Les feuilles s'étalent, ne se superposent pas.

 

Certains se développent naturellement en cépées (plusieurs tronc à partir de la même souche, « tasse » en tannerrois).

 

Les branches se développent côté lumière ce qui à terme peut compromettre l'équilibre de l'arbre.

 

Les arbustes, comme le cornouiller et le troène, multiplient leurs branches pour multiplier les feuilles.

 

Certaines plantes comme le lierre ont besoin de peu de lumière pour grandir car elles utilisent la sève élaborée de l'arbre sur lequel elles se fixent : toutefois, elles ne fleuriront et fructifieront que si elles accèdent à la lumière.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Une sortie botanique a eu lieu samedi 13 Mai 2017 à 14h 30.

La visite a été conduite par Gaëlle Massé chercheuse et Catherine Barrey botaniste toutes deux de la station de recherche des Metz à St Sauveur. Un premier inventaire de la flore a été élaboré

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Une sortie mycologique avec l'Association Mycologique Auxerroise

a eu lieu le samedi 12 novembre 2016

 

 

 

Une trentaine de personnes a répondu à l'invitation du Ferrier.

 

Dans un premier temps, chacun est parti collecter à sa guise les champignons à travers les sentiers du Ferrier.

 

 

 

 

Puis les récoltes ont été réunies et triées. Nos amis spécialistes de l'association auxerroise ont ensuite procédé à la détermination et à l'étiquetage. Chacun a pu poser les questions qu'il souhaitait.

 

 

 

La récolte a été modeste : la date tardive, la sécheresse de l'été et le sol tourmenté par l'exploitation des scories peuvent expliquer ce résultat. Les gourmands sont restés sur leur faim mais les amateurs de nature étaient satisfaits. La promenade fut très agréable et les trouvailles extrêmement variées dans leurs formes et leurs couleurs. Les précisions apportées par les experts ont été très appréciées.

 

 

 

 photos Jacques Caudry (Association mycologique) et Association du Ferrier

 

Affichages : 2583