Balade enchanteresse dans le Ferrier le lundi 13 août 2018

 

 

 

A la nuit tombante, les sentiers balisés par des centaines de bougies conduisent les visiteurs à travers les frondaisons.

 

 

Guillaume, le jeune jongleur, accueille les spectateurs et les émerveille par sa dextérité à manipuler un diabolo luminescent. Nous le retrouvons un peu plus loin, juché sur une butte : des anneaux phosphorescents dansent au bout de ses doigts sur une musique délicate.

 

Le chemin lumineux conduit à la clairière transformée en théâtre de verdure. Madame Sacha et Jo parcourent avec brio 100 ans de chansons françaises. Au Ferrier, c'est bien connu, on se passionne pour l'Histoire : 68 chansons, chacune présentée dans son contexte, nous font revivre un siècle d'histoire de 1868 à 1968. Du Temps des Cerises aux Yéyés, la voix chaleureuse et puissante de Sacha mise en valeur par Jo son accompagnateur, chanteur et guitariste, nous immerge dans le monde merveilleux de la chanson populaire.

 

 

 

Au Ferrier, si on aime l'Histoire, on aime aussi les histoires. Alors qu'il fait maintenant nuit noire, au détour du sentier de lumière, voici qu'apparaît notre barde attitré, le Conteur du Ferrier, Cécel : ses histoires cocasses mais encore plus son pittoresque accent mettent les visiteurs en joie. Merci Cécel de sauvegarder ce patrimoine précieux qu'est la langue de notre petit coin de France.

 

Nous voici de retour vers la forge. Accompagné d'une musique empreinte de poésie, le jongleur manipule du bout des doigts des boules lumineuses . Quel délicieux moment...

 

Puis Jo et Sacha, qui, pour l'occasion, se baptise avec humour non pas chanteuse de rue mais chanteuse de forêt, reprennent au pied d'un petit feu de camp, la suite de leur récital. Chacun fredonne au gré de ses souvenirs Maurice Chevalier, Trénet, Bourvil, Greco, Vian, Brel, France Gall, ou Claude François... Quelle émotion ce soir dans la forêt : sans électricité c'est à dire sans micro, sans accompagnement intempestif, sans jeux de lumière agressifs, Sacha et Jo, ont enchanté de leur talent la nuit tannerroise.

 

Les fantômes du château de la Motte Champlay, pardon du Mouton, ont dû être stupéfaits et émerveillés qu'on leur apporte une distraction d'une telle qualité.

 

Bravo et merci à tous Sacha, Jo, Cécel, Guillaume, et spectateurs, cette balade nocturne au cœur du Ferrier fut vraiment une belle réussite !

 

Un grand merci à tous ceux qui ont préparé cette soirée et installé le matériel, aux allumeurs de bougies, au personnel de la buvette, et tout particulièrement aux pompiers qui ont assuré la sécurité de tous.